Mariages improbables

Publié le par cathycat

Cette année, j'ai eu la chance de pouvoir m'inscrire à un atelier d'écriture : j'ai découvert le plaisir de broder à partir d'une photo, d'une liste de mots, d'une consigne ou d'une autre, en compagnie de personnes charmantes, toutes différentes mais partageant ce moment avec plaisir et humour tant pendant le temps d'écriture que pendant celui de la lecture. Pas de jugements, pas de critiques, juste un échange sympathique et enrichissant. Chacun a son style et c'est amusant de voir ce que l'imagination de tous est capable de produire.

 

Lisant avec plaisir vos histoires vraies ou créées, vos récits et témoignages, à travers les blogs, à mon tour de vous raconter une histoire.

 

Ce soir là, la consigne était d'imaginer  toutes sortes de mariages improbables, et les idées fusaient de tous côtés. Ensuite chacun devait prendre un thème et créer ses personnages...

 

Mon choix s'est  porté sur le mariage d’un anorexique et d’une obèse. Deux trois consignes supplémentaires à glisser dans le texte... et voilà mon histoire...



Tom est un homme long et anguleux, mais pourtant affable. Il a gardé sa silhouette d’adolescent, de ceux qu’on appelait “le grand Duduche” et qui se nourrissaient de pâtes sans prendre un gramme. Suite à un choc émotionnel grave, il a perdu l’appétit... mais pas simplement le goût de manger : il est tout bonnement dans l’impossibilité de se nourrir normalement sans être pris de spasmes douloureux et d’un dégoût dépassant l’imagination. Un simple grignottage devient supplice et il aurait perdu la santé ou peut-être la vie s’il n’avait pu absorber... du lait. Le breuvage l’emplit, le soutient, le comble. Mais il se nourrit pourtant, de rires, de gentillesse, de gaîté, qu’il sait redistribuer autour de lui. Il n’a plus faim mais juste soif de la vie.

Clara virevolte, papillonne. Tous ses kilos superflus ont du mal à la suivre. Cette jeune femme n’a jamais fait d’excès mais les rondeurs se sont attachées à elles et n’ont plus voulu la quitter. Elle peine certains jours à bouger cette masse qui est elle et qui semble hors d’elle. Elle boude alors pour s’habiller, sortir, mais son heureux caractère l’emporte toujours et ses yeux clairs s’illuminent, signe précurseur et inratable d’un départ vers une nouvelle journée merveilleuse !...

 

Vogue la galère ou la caravelle...

Les questions traditionnelles ont été posées par Monsieur le Maire. Ils ont dit “oui”. Et patin couffin... Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants...

Oui... sauf que...

Les passants ce jour là n’en ont pas cru leur yeux. Ils ont trouvé ce couple tellement discordant ; elle, tellement énorme et lui si fluet. Le sens critique du péquin de la rue ne fait jamais dans la finesse. A mieux les observer il serait plus juste de la trouver plantureuse et lui d’une maigreur souriante car de ces deux là émanent visiblement des bulles de bonheur.

C’est vrai qu’à première vue, ce ne sont pas deux physiques que l’on aurait assortis. Barbie et Ken, Charles et Diana font rêver dans les chaumières. Tom et Clara font railler. Mais je vous assure, quelque chose en eux respire l’harmonie.

Un esprit obtus pourrait prétendre qu’on ne s’assemble pas quand on est aussi dissemblable. Imaginez la vie de couple d’un insomniaque et d’une narcoloptique. Aucun point de rencontre, direz-vous, aucune osmose possible. Pourtant, imaginez le petit détail qui sauve... le bigoudi ! : Madame Narcoleptique s’endort avec des bigoudis... les pics la réveillent régulièrement, le temps que Monsieur l’insomniaque lui dise comme il aime être auprès d’elle et qu’il s’occupera de tout lorsque la somnolence la surprendra. Le bigoudi qu’elle tiendra dans sa main qui se relâche... se relâche... et qui l’éveillera lorsqu’il tombera.

Vous voyez, Barbie se pervertirait pour un diamant, les petits couples amoureux se contentent de beaucoup moins... Bigoudi... Bol de riz... Eh oui, c’est le riz qui les unit, Tom et Clara.

Ils en ont reçu des averses le jour de leur mariage. Ils en avaient partagé un bol le jour de leur rencontre. Ils évoluaient dans leur vie de célibataire avec leurs joies et leurs peines, leur petite routine, leur solitude acceptée ou subie selon les jours et l’humeur. Le regard des autres, critique ou bienveillant, était maintenant assimilé et ne suscitait même plus de lassitude. Ils rêvaient certes d’un foyer mais, bon, ils étaient conscients de leur différence et se faisaient une raison.

Un jour, donc, rencontre fortuite dans un petit restaurant chinois coquet mais exigu. Clara, toute en enthousiasme et embonpoint, bouscule Tom qui pour une fois avait décidé de tenter d’ingurgite trois grains de riz. Et patatras !!! le bol de porcelaine a virevolté dans les airs pour finir sa course sur le beau dallage un peu moins cramoisi que le visage de cette pauvre Clara. Eclat de rires partagés. Ils ont donc décidé de partager le bol survivant et les heures ont passé, riches d’un échange qui n’a plus cessé. Ils ont construit une belle  histoire... une histoire belle comme les mariages à l’époque où ça n’existait pas.

Les badauds surpris ont cru voir à la mairie le mariage d’un fantôme et d’une jeune fille replette. Mais je vous assure que ce sera une grande histoire.

Noces de coton... noces de platine... peu importe mais avec ces deux là, cachotteries et amants dans le placard seront cantonés au théâtre de boulevard.

Publié dans des histoires

Commenter cet article

Corine Caporlan 29/08/2011 00:58


Bises Cathy et merci beaucoup de tes passages.


cathycat 29/08/2011 18:15



Bisous pour toi également. Merci de toutes tes visites. Je n'ai rien fait ce week-end. Panne d'inspiration, mais cela ne saurait durer !... A bientôt de te lire...



Corine Caporlan 29/08/2011 00:57


Ca aussi c'est joli pour la comparaison avec les couleurs. Pour mon commentaire j'en pensais chaque mot.
(bon j'ai encore dérapé du clavier sur "narcoleptique" lol !


cathycat 29/08/2011 18:16



tu me fais rougir à disséquer mes p'tits mots !... Ton attention me touche beaucoup. Bisous



Corine Caporlan 28/08/2011 01:25


J'ai BEAUCOUP aimé cette histoire et la façon dont elle est écrite. Bravo.
Je ne crois pas que les gens qui se ressemblent physiquement soient faits pour s'assembler, mais il est vrai qu'un tel écart pourrait étonner -)dans la vraie vie. Ca arrive forcément, mais passé
l'effet de surprise ? Eh puis ils auraient bien tort de refuser un bonheur selon l'avis des autres.
Ce texte est tendre et drôle. J'ai bien ri avec le parallèle avec la narcoleptrique et l'insomniaque !
Ces deux là ont les points communs les plus beaux : le rire, la connivence, l'amour.
Oui un bien joli texte vrament.
J'oubliais ! Une des phrases que j'ai aimée le plus est celle qui décrit non plus la faim mais la soif de vivre qui anime cet homme.

Belle journée Cathy (j'anticipe !).


cathycat 28/08/2011 21:30



Merci pour ces gentilles paroles. Comme la vie serait belle si tous les couples étaient comme ça. Ecrire est, je pense, comme dessiner un rêve... et on en choisit les couleurs... Ce soir là, mon
écriture était rose...


Belle soirée. Bisous.



:0091: :0010: :0085: 01/08/2011 12:53


Pas besoin d'attendre cinquante ans pour fêter des noces d'or....on les célèbre déjà le jour où l'on épouse une riche héritière !


cathycat 01/08/2011 20:27



oui... effectivement ! c'est une façon de voir les choses !!!



katara 31/07/2011 15:15


Belle journée de dimancheà toi