Lecture d'automne

Publié le par cathycat

Comme première lecture de la saison, je ne pouvais rêver mieux !!!

 

J'ai découvert avec ravissement "Le sourire étrusque" de José Luis Sampedro

 

 

Le-sourire-etrusque---Jose-Luis-Sampedro

 

Auteur espagnol, couverture énigmatique (les photos anciennes m'intriguent toujours un peu), un livre plein, taille, image poids en adéquation. Cela peut paraître bête, mais quelquefois la main se tend vers le livre comme vers un beau fruit.

 

Puis la quatrième de couverture qui dit : Un vieux paysan calabrais malade arrive chez son fils à Milan pour y subir des examens. Il déteste la vie dans le Nord, cette ville hostile et son ciel gris, mais c'est là qu'il découvre son dernier amour : son petit-fils. Bruno, qui porte le nom de ses camarades partisans lui avaient donné au temps du maquis. Dans ce roman plein de tendresse, d'humour et d'émotion, l'approche de la mort, la vieillesse, offrent encore de formidables moments de bonheur et d'apprentissage, qui mènent à la plénitude et à la sérénité si bien représentées par le fameux sourire étrusque.

 

J'admire le rédacteur de ce résumé qui s'en sort assez bien pour présenter en quelques mots seulement une histoire si belle et si dense.

 

Le récit commence par la découverte, dans une salle de musée, de statues étrusques au sourire qui va au-delà de la mort, et cette brève rencontre sera en quelque sorte le fil rouge de la destinée de Salvatore Roncone que nous découvrons, vieil homme en fin de vie que son fils accueille chez lui pour qu'il reçoive les meilleurs soins. Et notre paysan doit composer avec l'arrachement à sa Calabre (où il laisse derrière lui un litige digne de Don Camillo et Pépone et qui le ronge au moins autant que son cancer) et la découverte d'une ville du nord dont il ne connaît pas les codes et qu'il critique avec véhémence. Et nous n'avons pas affaire à un papy ramolli, un tempérament de calabrais qui a combattu et qui a séduit toutes les femmes avec en filigrane une histoire sensible qu'il dévoile petit à petit...

 

Il découvre un petit fils âgé de quelques mois, dans lequel il se retrouve, qu'il apprivoise et reconnaît comme son plus précieux trésor. Il décide de le protéger d'un environnement qu'il juge hostile et néfaste pour lui, et doit composer avec une belle fille qui l'agace avec ses manies de gens cultivés. Il se sent investi d'une mission sacrée et se mélangent son dialogue intérieur avec sa rusca (sa maladie qu'il a nommée ainsi... ah mais je ne dirai pas tout !...), ses  souvenirs de résistance, ses conquêtes amoureuses, ses références à l'Italie du sud qu'il a été obligé de quitter mais où il compte bien retourner avec son petit fils...

 

Et voilà... je suis tombée dans le piège !  Envie de raconter l'inracontable. Tout est trop bien intriqué et merveilleusement dosé pour supporter un récit qui l'affaiblirait (je n'ai pas non plus la prétention de savoir le faire ). J'ai en fait commencé ce livre et je ne l'ai plus lâché. Tous les personnages de cette délicieuse histoire sont attachants, tous les éléments du récits sont intimement liés et totalement complémentaires, en équilibre parfait.

 

Il se dégage de cette histoire une atmosphère particulière, que j'ai trouvée... automnale. Cette semaine estivale ne trompe pas complètement son monde. Nous sommes bel et bien en automne... La lumière baisse, les feuilles jaunissent, la nature avance vers son crépuscule mais nous savons tous que sa mort est un gage de renaissance. Et c'est tout à fait ce que j'ai ressenti en suivant ce vieil homme qui marche courageusement vers sa fin mais qui promet une aube radieuse.

 

Encore un vrai trésor...

Publié dans coin lecture

Commenter cet article

Lecroum 17/10/2011 15:54


une bonne idée pour moi peut etre ; à bientot Cathy...


cathycat 17/10/2011 21:41



A essayer alors... Bonne soirée. Bisous



Corine Caporlan 09/10/2011 00:34


Je te souhaite un très beau week-end Cathy.
Bises


cathycat 09/10/2011 12:58



Très bon week-end un peu frais, pas trop, juste ce qu'il faut pour mettre une petite laine... j'adore... Petites
chataignes au goûter... un peu d'écriture pour les antologies éphémères de Quichottine. Ce dimanche après-midi va être sous le signe du coocooning... De quoi recharger les batteries. C'est
agréable aussi... Bisous



Marielle 07/10/2011 13:24


Tu as le don de raconter l'inénarable, vraiment ! un bon livre est celui qui te fait oublier la faim et perdre le sommeil. Rien ne compte plus que cette histoire et quand arrive la dernière ligne,
on se sent parfois orphelin.
Notre histoire vient à la rencontre de celle des personnages. A chaque âge le plaisir de certaines lectures. Ce livre à 30 ans ne m'aurait peut-être pas tenté... bises


cathycat 07/10/2011 20:31



Moi non plus... à trente ans je lisais autre chose. Mais la sensibilité évolue en fonction de l'âge et du vécu de chacun. La seule constante chez moi, c'est l'amour de lire... Bon week-end.
Bisous



Yvon 06/10/2011 20:30


très belle journée Cathy
bisous


katara 06/10/2011 13:18


belle journée à toi


cathycat 06/10/2011 19:36



Bonne soirée Cathie.